La lance dans le combat en armure, Partie 2 : L’usage du bouclier

Dans le duel judiciaire en armure représenté dans les sources allemandes, il arrive parfois que les combattants aient en plus de leurs armes de bases (la lance, l’épée et la dague), un bouclier. Cet article passe en revue son utilisation et la manière dont il modifie le combat et fait suite à la première partie.

Un bouclier à échancre ou targe de joute. La lance est censée aller dans l’encoche en haut à gauche.

Les textes qui incluent le bouclier dans le duel à pied viennent deux ouvrages seulement : des groupe de manuscrits Gladiatoria et du traité de Paulus Hector Mair. bien que des différences de représentations existent entre les deux traités, le bouclier semble à chaque fois être d’un type bien précis. Par sa forme, il est ce qu’on pourrait appeler un bouclier à échancre. C’est un équipement de cavalier, qui possède une encoche permettant d’y faire reposer la lance pendant la charge.

Au vu de la forme du bouclier, un combat à cheval a peut-être précédé le duel à pied.

Le bouclier est plutôt petit dans les illustration du Gladiatoria et possède une poignée sommaire ; il est donc tenu à bout de bras. Chez P-H Mair, on profite d’un meilleur dessin, ce qui permet de constater les choses suivantes : le bouclier est volumineux, de taille à couvrir la poitrine du combattant. Il possède un système d’attache complexe, constitué de plusieurs courroies et est fixé tantôt à l’avant bras, tantôt autour du cou.

Sans grande surprise le bouclier va être utiliser pour parer les coups. Tous les types d’attaques peuvent être écartées avec le bouclier, les estocs, les jetés de lance ou les coups de pommeau. Les textes n’offrent toutefois pas de détails spécifiques liés à la parade avec le bouclier.

La particularité du duel en armure, c’est la possibilité de manier plusieurs armes en même temps dans la première phase du combat. La chose est encore plus complexe avec le bouclier. Celui-ci est porté sur la gauche. On distingue trois façons de le porter : tenu à la main, fixé autour de l’avant bras, ou autour du cou devant la poitrine.

Au bras ou à la main, le bouclier peut être porté de plusieurs manières.

A bout de bras, le bouclier est plus mobile et on peut plus facilement se protéger d’un lancé. Il est également plus facile de le lâcher si la nécessité s’en fait sentir. En effet le bouclier va souvent être abandonné assez vite, tout comme la lance, pour passer au combat à la demie épée. Lorsque le l’épée et le bouclier sont saisis ensemble ils est alors possible de jeter sa lance vers l’adversaire.

A la main, il peut être plus facile d’anticiper un jeté de lance.

S’il est attaché l’avant bras, la main gauche est libre pour saisir la lance ou l’épée avec les deux mains. Il faut alors bien tourner son côté gauche pour parer avec le bouclier. On retombe ainsi sur les gestes et les technique du duel sans bouclier, mais avec une couverture plus importante. Les attaques sont alors portées au visage ou à l’aine.

Le bouclier offre une formidable couverture, et protège les quelques défauts de l’armure.

Plus curieux, le bouclier peux juste être suspendu devant la poitrine. Cela pose la question de l’utilité tant de l’armure que du bouclier. Dans quelle mesure est-il nécessaire de se protéger avec un bouclier lorsque l’on est en armure complète ? Aucune réponse n’est apporté explicitement, mais en théorie l’armure est à même d’encaisser un estoc de lance ou d’épée, sinon les ouvertures spécifiques du duel a pied n’auraient aucun sens.

Le bouclier suspendue ainsi est peut-être superflu.

Evidemment la lutte est encore de la partie. Même avec le bouclier, il est possible de s’approcher de l’adversaire et de tenter de le projeter. Comme souvent, il s’agit de le renverser par dessus la hanche ou la jambe. A cette occasion il est possible de s’aider du bouclier en venant percuter la tête de l’adversaire. Cependant les coups directs avec le bouclier ne font pas parties des techniques que l’on trouve dans les textes.

Le bouclier peut également être utilisé au corps à corps.

Finalement, le bouclier ne modifie pas en profondeur la technique du combat à la lance en armure. Les cibles restent les mêmes, ainsi que la prise des armes. Les parades pourront se faire indifféremment avec les armes ou le bouclier. Celui-ci induit évidemment des changement, par son poids et le volume qu’il occupe. Les mouvements possibles peuvent s’en retrouver modifiés, mais cela n’apparaît pas dans les textes.


Le combat avec la lance sert de mise en bouche un peu rituelle au duel en armure, dont le cœur réside dans la confrontation à la demie épée. Les techniques sont peut nombreuses et l’arme semble abandonnée assez vite, systématiquement en étant lancée à la tête de l’adversaire. L’épée lui est souvent préférée, à tel point que les deux armes sont souvent maniées ensemble. Il n’empêche qu’il ne faut pas négliger l’usage de cette arme, puissante et dangereuse, car c’est avec elle que l’on se place à distance pour utiliser l’épée.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s