La pique de Joachim Meyer, Partie 3 : Les frappes

A la pique, on ne porte que des estocs à l’adversaire. Les frappes ne sont pas interdites, mais à cause de leur portée plus faible, elles sont juste inefficaces pour l’atteindre. De plus à cause de sa taille et de son poids, il est bien plus facile de faire glisser l’arme pour un estoc, que de l’agiter pour une frappe. Ces dernières vont tout de même être utilisées pour dégager la pique adverse de diverses manière.

Les frappes sont envoyées depuis deux positions, les gardes hautes et basses, selon des mécaniques similaires à ce que l’on trouve dans la section sur le bâton.

Frappes du dessus

La garde haute pour la frappe et la garde de la neutralisation sont des postures similaires. L’arme est maintenue en hauteur, sans être verticale non plus, prête à redescendre vers l’adversaire jusque dans une garde basse.

Dans l’approche, lorsque tu es arrivé dans la garde de la neutralisation, illustrée par le personnage à gauche de la gravure I, alors maintiens ta pique avec force, de manière à ce qu’il ne puisse pas facilement la dégager.

Et sois attentif au moment où il t’estoque, que ce soit vers la droite ou vers la gauche. Marche alors sur le côté, loin de son estoc et estoque en même temps que le lui, ou écarte le bâton qui vient vers toi, puis estoque encoure une fois vers lui avec un pas sur le côté. Ou bien, pendant que sa pique arrive vers toi pour estoquer, neutralise son bâton de haut en bas, et estoque rapidement vers son visage avant qu’il ne reprenne [le contrôle de son arme]. Mais si tu sens qu’il est trop rapide à monter avec sa pique, de manière à ce que tu ne puisses pas te ruer vers lui avec un estoc, alors change par-dessous sa pique pendant qu’il est en train de monter et estoque-le de l’autre côté.

Mais s’il ne veut pas estoquer en premier, et qu’il se tient également dans une parade solide, alors lie-le durement au milieu de son bâton, et pousse-le fermement vers le bas, loin de toi. S’il résiste et qu’il pousse vers le haut, alors passe soudainement sous sa pique et tombe de nouveau dessus depuis l’autre côté. Presse encore une fois vers le bas loin de toi et fais cela des deux côtés, jusqu’à ce que tu l’épuises et que tu l’affaiblisses. Ainsi il ne pourra plus reprendre le contrôle de sa pique. Estoque-le alors aussi tôt à l’ouverture la plus proche, pendant qu’il est encore en train de chanceler avec sa pique.


Au contraire, lorsque l’adversaire pose fermement sa pique à la tienne et qu’il veut ainsi te la dégager sur le côté, alors fais comme si tu voulais résister avec force, et pousser contre [son arme]. Mais au moment où il s’y attend le moins, change soudainement par-dessous son arme et tombe à nouveau sur sa pique de l’autre côté, et presse du côté vers lequel il a voulu te dégager ta pique. Tu le contrains ainsi [à aller] vers le bas, de façon à ce qu’il ne puisse pas revenir sans être blessé ou sans dommages.


Si ton adversaire veut passer par-dessous ta pique parce que tu pousses sur le côté, alors pendant qu’il change à travers, tombe toujours sur l’autre côté de sa pique avec un liage ferme, et cela de chaque côté, le plus loin possible sur le milieu de son bâton, afin qu’il ne réussisse à aller nulle part, jusqu’à ce que tu voies une opportunité pour estoquer.

La garde de la neutralisation est la posture depuis laquelle on peut, comme son nom l’indique, neutraliser l’arme adversaire. C’est une manœuvre récurrente dans l’escrime de Joachim Meyer, où l’on dégage le bâton vers le sol avec un coup vertical, et qui donne ainsi la possibilité de riposter. C’est une parade riposte particulièrement utilisée à l’épée seule.

Selon le texte, on peut également neutraliser depuis le liage, pour se donner la place d’estoquer. C’est en général un mauvaise idée, car dès que l’on met à exercer trop de pression, on donne le signal à l’adversaire pour changer de côté.

Et c’est effectivement la réaction attendue. Mais en prévoyant ainsi là où ira l’arme adversaire, on pourra l’intercepter et recommencer la manœuvre jusqu’à la défaite de l’adversaire.


Les contre des gardes avec la pique ainsi que d’autres pièces astucieuses

Dans l‘approche si tu trouves l’adversaire dans la garde de la neutralisation, alors dirige ta pique dans la garde haute pour la frappe. Frappe aussitôt de haut en bas vers la main qu’il a en avant sur la pique. Avec ce coup tu l’inciteras à rapidement riposter avec un estoc. Par conséquent ramène violemment ta pique vers le haut dans avec un puissant mouvement, dégage l’estoc qui vient vers toi, puis riposte rapidement avec un estoc.

Le cas le plus classique restera celui ou l’on va frapper la pique depuis la garde haute. Ces frappes visent le bâton, mais doivent se terminer dans la garde basse opposée. De cette manière on se découvre pour une riposte adverse, mais on se place aussi en position de dégager son estoc.

Comment tu dois frapper sa pique vers le bas, changer à travers, puis estoquer de l’autre côté

Ou bien, lie-lui son bâton dans une garde similaire depuis ton côté gauche et frappe son bâton vers le bas en visant ses doigts. En frappant, change par-dessous sa pique et estoque rapidement de l’autre côté avec un pas sur le côté.


Mais contre ceux qui ne ripostent pas aussitôt, alors effectue la pièce suivante : Après que tu l’aies lié comme illustré plus haut, alors comme avant, frappe son bâton vers le bas en visant les doigts, puis passe par-dessous. Menace de l’estoquer de l’autre côté avec un comportement déterminé. Mais lorsqu’il voudra aller à l’encontre de ton estoc et le parer, alors change soudainement à nouveau par-dessous [son bâton], ainsi il ira trop loin avec une parade vaine. Estoque-le alors avec un pas du côté d’où tu as envoyé la frappe.

Une autre manière de faire est d’éviter le bâton de l’adversaire, et de passer autour de son arme alors qu’il s’apprête à recevoir le coup. On peut ainsi estoquer de l’autre côté, ou jouer encore un peu avec ses réflexes défensifs pour le faire se découvrir encore plus et augmenter ses chances de toucher.

Une autre pièce

Item. Encore une fois, change à travers avec le coup montré plus haut, et frappe de nouveau sa pique horizontalement et avec force de l’autre côté, et estoque aux ouvertures pendant qu’il est en train de chanceler. Ou bien s’il résiste fermement, alors change à travers et estoque vers l’autre côté.


Mais si tu diriges ta pique dans la garde haute pour la frappe et qu’il estoque vers toi, alors quel que soit le côté duquel il estoque, marche vers l’autre côté et frappe sa pique de haut en bas. Aussitôt que la pointe avant arrive à hauteur de son visage avec ce coup, alors pousse ta pique vers lui et tu transformes ainsi une frappe en estoc.

Le chemin le plus court est souvent le plus sûr. Lorsque l’on rabat la pique adversaire, il est bon de ne pas dépasser la garde du milieu pour pouvoir estoquer directement dans l’ouverture créée par la frappe.

Frappes de dessous

Les frappes de dessous sont généralement envoyées depuis les gardes basses, que l’on appelle aussi les gardes de côtés. Elle sont faites avec le faux tranchant et sont envoyées vers le haut, ou latéralement.

Dans l’approche, amène ta pique avec la pointe avant sur le sol, un peu sur le côté, comme le montre le personnage du haut à gauche de la gravure C.

Aussitôt que l’adversaire estoque vers toi, alors marche rapidement bien en dehors de son estoc, vers son côté gauche et soulève ta pique du sol avec une impulsion. Estoque ainsi en même temps que lui, ou dégage l’estoc qui vient vers toi vers le haut avec le demi-tranchant, puis riposte rapidement avec un estoc.

Mais s’il ne veut pas estoquer en premier, et qu’il dirige sa pique droit devant lui, alors lève soudainement ta pique et dégage fortement la sienne avec un coup latéral. Poursuis aussitôt avec un estoc. Cependant s’il résiste avec force, alors passe par-dessous [son arme] après ce coup et estoque depuis l’autre côté avec un grand pas sur le côté. Lorsque l’adversaire veut dégager ta pique comme tu viens de apprendre, alors change par-dessous [son arme] pendant qu’il frappe vers toi et estoque de l’autre côté pendant qu’il tombe dans le vide avec sa pique.

Tiens-toi avec le pied gauche devant et tiens ta pique avec la pointe arrière à ta hanche droite, avec la pointe avant étendue sur le sol, vers le côté gauche. Lorsque tu te tiens dans cette garde devant l’adversaire et qu’il estoque vers toi, alors marche avec ton pied gauche bien vers ta gauche, hors de son estoc. Donne aussitôt une impulsion à ta pique et, pendant que tu marches sur le côté et qu’il t’estoque, estoque en même temps que lui par-dessus sa pique ou dégage son bâton avec le tiens, puis riposte rapidement avec un estoc.

La dernière pièce ainsi que le début de la première montrent une parade riposte assez classique, en dégagement la pique adversaire avec le faux tranchant. comme d’habitude, cela se fait en deux temps, avec un déplacement de pied à chaque fois.

Depuis cette position on peut aussi chercher à dégager la pique d’un adversaire qui n’attaque pas. Lorsque l’on veut faire cette manœuvre, il faut s’attendre à ce que l’adversaire résiste ou esquive le coup. C’est en prévoyant ces quelques réactions adverses que ce genre de technique sera mise en place avec le plus d’efficacité.


Un contre

Si l’adversaire te rencontre dans la garde haute pour l’estoc, de façon à ce qu’il ait sa pique posée au-dessus de son épaule gauche, alors place-toi dans le changement à gauche, qui est la garde basse à gauche. Depuis celle-ci reviens frapper sa pique avec force, afin de la lui enlever de l’épaule. Estoque à l’ouverture la plus proche avant qu’il ne récupère du coup.

A contrario, lorsque l’adversaire veut te dégager la pique de l’épaule gauche, alors pendant qu’il frappe change par-dessous sa pique, ainsi son coup manque, et estoque vers son ouverture pendant qu’il en train de partir trop loin.

Si tu veux dégager la pique de l’adversaire, comme tu l’as appris avant et que tu es conscient qu’il va changer à travers, alors fais comme si tu ne l’avais pas remarqué et frappe malgré tout avec un comportement déterminé vers sa pique. Dans cette frappe garde bien ta pique sous ton contrôle, afin que lorsqu’il passe par-dessous [ta pique], tu sois prêt à estoque avec un pas sur le côté. Ou bien, tu peux aussi dégager [sa pique] avec ce coup depuis l’autre côté, puis aussitôt riposter avec un estoc.

Frapper la pique lorsqu’elle est suspendue ainsi est un bon moyen d’affaiblir l’adversaire. La garde haute pour l’estoc permet de garder plus aisément la pique en préparation d’un estoc supérieur, au détriment d’une prise en main moins sûre. Si la pique venait à être dégagé dans cette position, le désavantage serait très grand.


Les frappes servent à dégager la pique adverse, et c’est souvent par celles-ci que l’on teste l’adversaire, car l’arme arrive à portée plus tôt. C’est une action efficace mais prévisible, et il faudra d’attendre à ce que l’adversaire puisse souvent contrer. Donc il faut connaître les choses à effectuer pour conserver l’avantage :

  • Estoquer droit vers le visage si la frappe initiale dégage la pique
  • Passer par-dessous et estoquer de l’autre côté s’il résiste
  • Si l’adversaire esquive la frappe, estoquer directement quand il quitte le liage, ou attendre qu’il revienne pour lui redégager son bâton

La réussite dépend énormément de l’anticipation des actions de l’adversaire. Comme au liage, la difficulté est d’être suffisamment convainquant pour qu’il agisse sans se rendre compte qu’il est manipulé.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s