Le bâton de Joachim, Partie 2 : Gardes Hautes et Basses

Après quelques généralités sur le bâton, Joachim Meyer décrit la pratique par une succession de pièces issues des différentes gardes. Cela commence avec les deux gardes complémentaires que sont la garde haute et la garde basse. En effet on passe de l’une à l’autre grâce aux frappes. Celles-ci sont d’ailleurs au cœur de ces pièces, dont l’utilité principale sera de dégager le bâton adverse.

La garde haute

Garde haute

Dans l’Approche place-toi dans la garde haute, et fais attention : aussitôt qu’il estoque vers ton côté gauche, marche sur ton côté droit, loin de son estoc et estoque en même temps que lui. Cependant en estoquant vers lui, tourne le long tranchant contre son bâton, ainsi son estoc échoue et tu touches avec le tien.

Mais s’il estoque vers ta droite, alors marche vers ton côté gauche, hors de son estoc, et estoque encore une fois en même temps que lui, comme avant.

On retrouve ici un déplacement déjà vu dans les armes à une main. Le bâton de Joachim Meyer se pratique principalement avec la jambe gauche devant ; de la même manière que pour le dussack et l’épée seule, les parades vont se faire en se décalant en dehors de la frappe avec le pied arrière. Cela n’est pas spécifiquement décrit dans la partie sur le bâton, mais on peut facilement émettre l’hypothèse qu’il faut également faire un pas avec la jambe gauche lors de l’estoc de riposte, comme avec les autres armes où la même jambe reste devant.

La seconde pièce depuis la garde haute

Retiens ceci : dans l’Approche place-toi dans la garde haute. Si ensuite l’adversaire estoque vers toi, que ce soit en bas ou vers le corps, alors pendant qu’il t’estoque sur un côté, marche vers l’autre côté hors de son estoc, puis en même temps que ce pas sur le côté, frappe de haut en bas vers sa main avant. Dans le même temps observe bien le moment où il ramène [sa main], puis estoque droit devant toi vers son visage.

Une autre pièce sur la manière dont tu dois frapper son bâton de haut en bas, puis remonter en [le] dégageant, et ensuite le frapper à une main
Dans l’Approche place-toi dans la garde haute à gauche, de façon à ce que la pointe avant de ton bâton, ou bien la partie la plus longue, soit à la verticale au-dessus de ton épaule gauche, et avance ainsi vers lui avec ton pied gauche. S’il estoque vers ta poitrine ou vers ton visage, alors saute sur son côté droit bien en dehors de son estoc, et frappe complètement d’un côté à l’autre avec ton bâton, que tu dois avoir tenir dans tes deux mains, et de haut en bas sur le milieu de son bâton. Avec ce coup tu arrives ainsi dans la garde basse à droite avec ton bâton. Depuis celle-ci, s’il devait encore estoquer vers ton visage, arrache avec le demi tranchant en remontant vers ton épaule gauche. En même temps que tu arraches vers le haut, donne une impulsion à ton bâton avec ta main gauche. Avec cette impulsion, laisse ta main gauche partir du bâton et frappe horizontalement d’une main depuis ta droite vers sa tempe. Le coup de dessus ainsi que l’arraché doivent se faire rapidement l’un après l’autre. Aussitôt que ce coup touche, alors rattrape ton bâton avec la main gauche, puis ramène-le dans la parade droit devant.

Il y a deux choses à distinguer dans cette pièce. La première c’est l’emploi des frappes comme principal moyen de se défendre des estocs. On peut faire des frappes pleines, ce qui veut dire que depuis une garde haute on finira avec l’arme dans la garde basse opposée, ou on peut faire des demies-frappes, dans ce cas la on ne dépassera pas la garde du milieu.

La seconde observation que l’on peut faire concerne l’armement des frappes à une main. Le bâton ayant beaucoup d’inertie, le maniement à une main ne peut se faire que dans un certain contexte, surtout pour les frappes. Comme on le voit dans cette pièces, ainsi que dans les suivantes, il faut donner du mouvement à l’arme avant de lâcher la main avant. Ici cela est réalisé en dégageant le bâton adversaire vers le haut, puis en laissant tourner le bâton autour de la tête, à la manière de la boucle, une des manœuvres décrite dans la partie sur l’épée longue.

La garde basse

Beaucoup des pièces depuis la garde basse sont montrées deux fois, à droite, puis à gauche. Pour en faciliter le commentaire, elle seront présentées dans un ordre différent de la publication d’origine.

Comment tu dois estoquer en même temps que lui depuis la garde basse à droite

Retiens ceci : dans l’Approche, lorsque tu tiens ta main droite ainsi que la pointe arrière de ton bâton au niveau de ta hanche droite, et que tu as posé ta pointe au sol, vers l’avant et sur ton côté droit, avec le corps bien penché en avant, alors fais attention, et aussitôt qu’il estoque vers toi, marche avec ton pied droit sur ton côté droit, puis marche avec ton pied gauche plus loin vers sa gauche. Estoque-le ainsi au visage, par-dessus son bras gauche, pendant qu’il dirige son estoc vers toi. Pendant que tu l’estoques ainsi, tu dois également envoyer ta tête bien loin de son estoc, vers le bas et ton côté droit, par-dessus ton bâton. Tu seras ainsi mieux protégé.

Comment tu dois esquiver son estoc depuis la garde basse à gauche, puis estoquer en même temps que lui

Dans l’Approche, avance avec ton pied gauche, tiens ta pointe arrière ainsi que ta main droite sur ta hanche droite, et laisse la pointe avant de ton bâton s’étendre devant toi, posée sur le sol, un peu sur le côté, vers ta gauche. Dès que ton adversaire estoque vers toi, alors marche sur le côté avec ton pied droit, derrière ton pied gauche, un peu vers son côté droit. Dès tu reposes le pied droit après l’avoir reculé, alors avance rapidement avec ton pied gauche plus près de lui, toujours vers son côté droit, et estoque vers son visage par-dessus son bras droit, pendant qu’il estoque.

On retrouve encore une fois cette façon de parer et de riposter avec deux pas. La jambe arrière part sur le côté durant la parade et le pied avant avance avec la riposte.

Une autre pièce sur la manière dont tu dois dégager son estoc, puis riposter avec un estoc

Dans l’Approche, place-toi encore une fois dans la garde basse à droite, avec le genou avant fléchi, de façon à ce que ton haut du corps soit bien penché derrière le bâton, comme avant. Au moment où ton adversaire t’estoque, dégage son bâton depuis ta droite vers ta gauche, jusque dans la parade droit devant. Avant qu’il ne se remette de ce choc, estoque vers son visage en faisant un saut sur le côté.

Comment tu dois dégager son estoc depuis la garde basse à gauche, puis riposte avec un estoc

Ou bien, lorsque tu te tiens dans la garde basse à [gauche] de la manière illustrée ci-dessus, alors avant pendant qu’il estoque, marche encore une fois vers son côté droit hors de son estoc, et dégage simultanément son bâton depuis ta gauche vers ta droite. Estoque ensuite rapidement et comme avant vers son visage, avant qu’il ne se reprenne.

Où tu dégages son bâton pour estoquer

Dans l’approche place-toi dans une garde basse. S’il ne veut ni estoquer, ni frapper, ni travailler contre toi, alors agi comme si tu réfléchissais à quel enchaînement tu vas exécuter, puis lorsqu’il allonge ses bras, frappe soudainement son estoc et avant qu’il ne puisse réagir estoque-le au visage. Comme je l’ai dit précédemment tu dois prendre garde à ne pas dépasser la posture de la parade droit devant ainsi tu pourras estoquer avant qu’il ne se remette en garde.

La défense principale est d’envoyer un coup vers l’estoc de l’adversaire. On peut rabattre vers le bas depuis une garde haute, ou rabattre vers le haut depuis une garde basse. L’idée est de renvoyer le bâton adversaire pour riposter ensuite. C’est pour cela qu’en rabattant l’arme de son opposant il ne faut pas dépasser la garde du milieu. On se trouve ainsi en position pour estoquer vers le visage.

Comment tu dois dégager son bâton, puis riposter avec un estoc

Retiens ceci : lorsque tu viens dans l’Approche dans la garde basse et qu’il ne veut pas œuvrer ou estoquer, alors agis d’abord comme si tu étais en train de chercher quelle pièce effectuer. Cependant aussitôt qu’il étend son bâton loin de lui, alors dégage-le-lui avec un coup ou une frappe soudaine, et tandis qu’il chancelle encore avec son bâton après cet estoc intercepté, estoque rapidement vers son visage. Pendant ce dégagement, tu dois bien faire attention à ce que tu n’ailles pas trop loin sur le côté avec ton bâton après le dégagement, comme je te l’ai suggéré avant. Tu dois plutôt frapper son bâton avec choc bref, de façon à ce que tu reviennes rapidement avec ton bâton droit devant son visage. Tu peux ainsi réaliser l’estoc avant qu’il ne se reprenne.

Rabattre le bâton adverse

En plus des pièces depuis les gardes hautes et basses, il existe à la fin de la partie sur le bâton, une une section sur les treiben hawen. Comme ils sont très liés aux frappes vues avant, leurs pièces sont proposées ici :

Rabattre

Cela se fait ainsi : lorsque tu es dans l’Approche avec le pied droit devant, et que tu as la main gauche devant sur le bâton, lève ton bâton avec tes deux mains vers ton épaule gauche. Frappe ainsi fortement vers sa droite, en avançant avec ton pied gauche, et frappe d’en haut sur son bâton et vers ses doigts, jusque dans la garde basse à droite, avec le corps bien penché après [le coup]. Arrache aussitôt fortement son bâton vers le haut, jusqu’à revenir dans la garde haute à gauche. S’il voulait t’estoquer entre temps, alors tu lui dégages son estoc avec les frappes de haut en bas ou les frappes de bas en haut. Fais ce coup trois, quatre ou cinq fois, [d’en haut] et d’en bas en combinaison, jusqu’à ce que tu vois une opportunité d’estoquer.

Une pièce avec les coups pour rabattre

Dans l’Approche, dès que tu peux atteindre l’adversaire, rabats fortement en diagonale d’en d’haut et d’en bas en combinaison, comme je viens de te l’enseigner. Lorsque tu l’as rabattu avec un à quatre coups, alors fais pour finir comme si tu voulais encore une fois frapper vers son épaule droite, mais avec plus de force qu’avant. Pendant que ta frappe descend, passe rapidement ton bâton par-dessous le sien, en en restant proche. En passant ainsi sous son bâton, marche bien sur son côté gauche, puis estoque ainsi de l’autre côté vers son visage et par-dessus son bras gauche.

Les enchaînements de frappes diagonales selon la même ligne s’appellent les coups pour rabattre, treiben haw, ou coups changeants, wechseln haw. Ils sont utilisés pour occuper l’espace, maintenir l’adversaire dans la défensive, en attendant une opportunité d’attaque. Si l’adversaire tente malgré tout de lancer un estoc, sont attaque est renvoyée par un coup de bas ou de haut, et l’on peut raccrocher sur les principes vu dans les pièces des gardes hautes et basses, et comme le montre la dernière pièce de la section sur le bâton :

Une autre pièce dans laquelle tu passes par-dessous [son bâton]

Rabats son bâton comme avant, une fois, deux fois, et au moment où il s’y attend le moins, passe rapidement sous son bâton, puis dégage son bâton vers le bas depuis ta droite vers ta gauche. Laisse aussitôt ton bâton aller autour de ta tête, et enchaîne avec frappe à une main de loin.

La section sur la hallebarde est plus complète à propos des coups pour rabattre et en décrits quatre sortes. les deux premiers sont similaires à ceux que l’on vient de voir, avec deux coups diagonaux suivant la même ligne de frappe, et deux autres, appelés coups de la croix, constitué de de coups de haut ou de bas opposés, effectués l’un après l’autre.


En conclusion, les gardes hautes et basses servent de points de départs des frappes. A cause de leur portée moindre que celle de l’estoc, elles servent essentiellement à dégager le bâton adversaire , que ce soit pour parer ou prendre l’avantage. Dans ces dégagements, il faut essayer de ne pas dégager la garde du milieu pour pour estoquer l’adversaire directement après la frappe.

Si l’on se retrouve malgré tout à aller trop loin et que l’adversaire riposte, alors il faut dégager le bâton de la même manière depuis l’autre côté. Une autre option est aussi de ne pas stopper son arme, et lui laisser l’inertie nécessaire pour la faire tourner autour de la tête à une main, et ainsi frapper de l’autre côté.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s