L’épée longue de Joachim Meyer en bref : Les estocs

Il est généralement admis que l’épée longue de Joachim Meyer ne comporte pas d’estocs. A plusieurs reprises il mentionne que l’estoc est interdit à son époque, surtout entre personnes de la même communauté. Si ce principe reste vrai, cette interdiction est cependant plus subtile qu’il n’y paraît et l’estoc fait bien partie de la palette technique enseignée dans le Discours détaillé de l’art de l’escrime.

Continue reading

La lutte dans le combat à cheval

Nombreuses sont les situations qui amènent à se battre à mains nues à cheval. Cela peut être par nécessité : après avoir perdu sa lance, l’adversaire arrive trop vite pour avoir le temps de sortir l’épée. Il peut aussi arriver de vouloir lutter délibérément, parce que l’on se trouve trop près de l’autre ou que l’on estime plus opportun de réserver ses armes pour plus tard. De façon générale le corps à corps peut intervenir depuis n’importe quelle arme et s’utiliser contre un adversaire armé ou non, ce qui fait de la lutte la boîte à outils très polyvalente du rossfechten.

Continue reading

L’épée longue de Joachim Meyer en bref : Gardes, attaques et parades

Dans le “système allemand”, les attaques et les parades sont des concepts qui se recoupent fortement. Souvent un même geste sera employé de façon offensive ou défensive, et sera ainsi appelé différemment en fonction de ce but. Au milieu de cela, les gardes forment la pierre angulaire de cette escrime, en assurant sa cohérence et sa compréhension par l’escrimeur.

Continue reading

L’épée longue de Joachim Meyer en bref : Généralités

Joachim Meyer est un coutelier strasbourgeois ayant vécu au milieu du XVIe siècle, auteur de plusieurs traités d’escrime, dont l’imposant Discours détaillé sur l’art de l’escrime, imprimé en 1570. L’escrime de Joachim s’inscrit dans une tradition martiale plus large : l’escrime de Johannes Liechtenauer. Celle-ci correspond à un ensemble de textes techniques essentiellement conscacrés à l’épée longue, écrits en Allemagne sur les XVe et XVIe, et dont Liechtenauer serait le mythique fondateur. On considère que Joachim Meyer est le dernier dépositaire de ces 200 ans d’escrime. Durant cette longue période, la pratique l’escrime a évolué et logiquement il y a des différences entre Joachim Meyer et ses prédécesseurs. Ce sont ces spécificités propres à Joachim Meyer qui seront abordées en détail dans cet article et les suivants.

Continue reading

L’épée dans le combat à cheval

Le combat avec l’épée est la deuxième grande partie du rossfechten. C’est l’arme la plus polyvalente et c’est avec elle que le combat gagne en complexité. Contrairement à la lance, où la longueur de l’arme force une certaine linéarité dans la rencontre, l’utilisation d’une arme plus courte fait gagner au combat une dimension supplémentaire. Il est maintenant possible de profiter de toute l’agilité de sa monture pour attaquer sur les côtés, en allant dans le sens de déplacement de l’adversaire ou face à lui. L’arme utilisée est l’épée longue, qui se tient à une main. Cela lui confère plus de portée qu’à pied, mais en contrepartie il faut apprendre à gérer l’inertie de l’arme.

Continue reading