L’épée seule de Joachim Meyer, Partie 11 : La porte de fer – Travail dans l’Avant

L’adversaire n’est pas obligé d’attaquer à tout va. Il peut au contraire choisir d’être dans l’attente, prêt à parer et riposter contre tous les coups et les estocs qui lui seront envoyés, comme ce qui a été vu dans la première partie des pièces sur la porte de fer. Face à ces adversaires qui se montrent patients, Joachim Meyer propose plusieurs exemples pour déclencher l’attaque adversaire, et ainsi reprendre l’avantage avec des parades et des ripostes.

Continue reading

La hache de guerre anonyme du MS.KK5126

On trouve plusieurs copies du manuscrit de Paulus Kal. Parmi celles-ci, le ms KK5126 est la plus grosse. En plus du contenu attribué à Kal, on trouve aussi des textes attribués à d’autres figures de la tradition de Liechtenauer, comme Peter von Danzig ou Martin Huntfeldz. Et à la fin du manuscrit, il y a une section sur la hache, d’un auteur inconnu.

Continue reading

La pique de Joachim Meyer, partie 4 : Manipulations à une main

Bien que la pique soit l’arme la plus imposante et la plus lourde que l’on puisse manier, il est malgré tout possible de l’utiliser avec une seule main, à la fois en attaque, qu’en défense. Ces manipulations à première vue risquées, semblent être cantonnées au duel et à la salle d’arme, où les enjeux ne sont pas les mêmes que sur le champ de bataille.

Continue reading

La pique de Joachim Meyer, Partie 3 : Les frappes

A la pique, on ne porte que des estocs à l’adversaire. Les frappes ne sont pas interdites, mais à cause de leur portée plus faible, elles sont juste inefficaces pour l’atteindre. De plus à cause de sa taille et de son poids, il est bien plus facile de faire glisser l’arme pour un estoc, que de l’agiter pour une frappe. Ces dernières vont tout de même être utilisées pour dégager la pique adverse de diverses manière.

Continue reading

La pique de Joachim Meyer, Partie 2 : Travail au fer

La majorité du combat à la pique se fera au contact de l’arme adversaire. Savoir gérer les situations dans le liage sera donc extrêmement important. Le contact des armes se fera essentiellement depuis deux gardes assez similaires, la garde du milieu et la garde basse pour l’estoc, comme on le voit sur le frontispice du livre :

Continue reading

La pique de Joachim Meyer, Partie 1 : Généralités

La pique est la dernière arme traité dans l’imposant ouvrage de Joachim Meyer, Discours détaillé sur l’art de l’escrime, au sein d’un partie dédiée aux armes d’hast. Avant la pique, la pratique du bâton et de la hallebarde y est décrite. La partie sur le bâton est très importante pour comprendre la pique, car elle sert de base théorique et pratique pour cette arme finale.

Continue reading

Gladiatoria : Duel en armure, partie sur la lance

Les manuscrits du groupe Gladiatoria sont une série de plusieurs manuscrits allemands du XVe siècle, partageant une même direction artistique et la même thématique – principalement le combat en armure.

Le sujet central des ouvrages appartenant au groupe Gladiatoria est le duel judiciaire, qui est découpé selon les différentes phase du combat. On trouve d’abord le combat à la lance et au bouclier, le combat à l’épée, puis celui à la dague à pied et enfin la lutte au sol.

Je vous propose ici une traduction de la lance en armure, qui est l’arme par laquelle démarre traditionnellement le duel judiciaire à pied, que l’on appelle aussi “combat avec les quatre pointes”.

Continue reading

L’épée seule chez Joachim Meyer, Partie 21 : Epée contre armes d’hast

La dernière partie du combat à l’épée seule concerne la confrontation avec les armes d’hast, comme la lance, la pertuisane ou la pique. Ce thème est récurrent chez les auteurs parlant de l’épée à une main, jusqu’à 19e siècle ou l’on trouve encore du sabre face à la baïonnette. Mais le contexte du 16e siècle est sensiblement différent : l’épée fait partie du costume et elle est souvent porté au côté par les citoyens des cités. Les armes d’hast quant à elles, sont l’apanage des gens du maintien de l’ordre et des dépositaires de l’autorité publique. La rencontre de ces deux armes a donc plus lieu dans la rue que dans les salles d’armes. On est ici clairement dans les affaires sérieuses, contrairement à toutes les parties précédentes qui proposaient des pièces utiles pour le jeu et pour le reste.

Continue reading