Le dussack de Joachim Meyer, Partie 11 : Le Veilleur

La première garde dont Joachim Meyer décrit les pièces est la garde haute, aussi appelée garde du Veilleur. Elle est l’équivalent de la garde du Jour de l’épée longue, et suivant la même logique, c’est depuis celle-ci que sont envoyés les coups de dessus.

Continue reading

Le dussack de Joachim Meyer, Partie 9 : Travail au fer

La plupart des coups et des parades se terminent par la rencontre de l’arme avec celle de l’adversaire : c’est ce qu’on appelle le liage. Dans celui-ci le combat fait appel à d’autres mécanismes et perceptions. L’utilisation du fort et du faible, la gestion de la fermeté ou de la souplesse du contact de la lame vont être les clés de cette partie de l’affrontement.

Continue reading

Le dussack de Joachim Meyer, Partie 5 : Travail avec les coups principaux

Après avoir décrit les gardes et le lien qui les relie aux frappes, Joachim Meyer présente une série d’exemples sur la manière de donner les quatre coups principaux. Ces différents exercices enseignent à la fois les différentes manières de frapper et de se déplacer, ce qui constitue la base de l’escrime au dussack, mais aussi de l’épée seule.

Continue reading

Le dussack de Joachim Meyer, Partie 1 : Généralités

Dans son traité “Discours détaillé sur l’Art du combat” publié en 1570, le strasbourgeois Joachim Meyer aborde le maniement des armes à une main avec le dussack, une sorte de sabre très en vogue dans l’Allemagne du XVIe siècle. Comme sa pratique est une base essentielle pour de nombreux aspects de l’escrime de Joachim Meyer, je vous propose une série d’articles qui feront une revue détaillée du maniement de cette arme.

Continue reading

L’épée seule de Joachim Meyer, Partie 11 : La porte de fer – Travail dans l’Avant

L’adversaire n’est pas obligé d’attaquer à tout va. Il peut au contraire choisir d’être dans l’attente, prêt à parer et riposter contre tous les coups et les estocs qui lui seront envoyés, comme ce qui a été vu dans la première partie des pièces sur la porte de fer. Face à ces adversaires qui se montrent patients, Joachim Meyer propose plusieurs exemples pour déclencher l’attaque adversaire, et ainsi reprendre l’avantage avec des parades et des ripostes.

Continue reading

La hache de guerre anonyme du MS.KK5126

On trouve plusieurs copies du manuscrit de Paulus Kal. Parmi celles-ci, le ms KK5126 est la plus grosse. En plus du contenu attribué à Kal, on trouve aussi des textes attribués à d’autres figures de la tradition de Liechtenauer, comme Peter von Danzig ou Martin Huntfeldz. Et à la fin du manuscrit, il y a une section sur la hache, d’un auteur inconnu.

Continue reading