L’épée seule de Joachim Meyer, Partie 15 : La garde basse à droite

Tout comme les coups de haut venant de la droite finissent dans la garde du changement, les coups du haut venant de la gauche finissent dans la garde de côté ou garde basse à droite. Cette garde laisse aussi le visage découvert, incitant donc l’adversaire à se concentrer sur cette unique cible.

Les différentes pièces depuis la garde de côté sont l’occasion pour Joachim Meyer d’entamer des “révisions”. En effet, ces onze pièces sont assez indépendantes les unes des autres, et elles ne partagent pas de “motifs” notables. En revanche, tous les types de parades sont repris et remontrés, avec un contexte un peu plus précis que dans leur présentation initiale. C’est donc une opportunité de consolider sa pratique à travers de nouveaux exemples.

[Pièce 1]

Combat ainsi depuis cette garde : lorsqu’il t’estoque alors que tu es arrivé dans la garde de côté, marche bien avec ton pied gauche derrière ton pied droit, vers lui, contre son côté gauche, puis avance également plus loin avec ton pied droit. En faisant ces pas, estoque depuis la garde basse droit contre son visage. Mais pendant que tu estoques ainsi, tourne le long tranchant et ta poignée contre sa lame, de sort que tu la lui détournes et que tu le pares en même temps que tu le touches avec la pointe. Aussitôt que tu as complété l’estoc, lève ta lame vers ton côté droit avec le bras tendu et refrappe rapidement de haut en bas sur le milieu de sa lame. Tu dégages ainsi sa lame avec force et avant qu’il ne se reprenne et ne remonte [avec son épée], estoque précipitamment, à nouveau droit devant toi, contre son visage.

Cette première pièce montre comment faire un écarté depuis la garde basse à droite. A la différence des précédentes occurrences de l’écarté, l’action est ici faite de façon offensive. La dernière action peut être considérée comme une retraite et permet de conclure la pièce en se protégeant.

Comment tu dois écarter avec l’entaille et contre attaquer depuis cette garde

Si ton adversaire estoque ou frappe vers toi depuis sa droite, alors pendant qu’il estoque, lève ton arme vers le haut sur ta droite. Dans le même temps avance lui avec ton pied droit et frappe en même temps que ce pas vers la lame qui vient vers toi. [Frappe] fortement à travers, en diagonale depuis ta droite. Dans ce coup tu dois bien laisser la poignée précéder la lame en descendant. Tu dois également faire un grand pas avec le haut du corps bien bas. Avec ce coup [fait] le bras tendu, repousse ainsi sa lame vers le bas et loin de toi à la manière d’une entaille. Estoque-le rapidement en montant vers son visage, avant qu’il ne ramène sa lame de dessous la tienne, de sorte que tu te trouves dans la longue pointe haute en estoquant.

Mais si pendant ce temps il est de nouveau prêt à estoquer sous ton arme, vers ton ventre, alors garde ta main et tes quillons étendus devant ton visage, laisse en même temps la lame plonger vers sa droite et dégage-lui ainsi son estoc sur le côté avec la lame pendante, depuis ta gauche vers ta droite, avec le plat intérieur de la lame. Simultanément à ce dégagement, marche sur le côté avec ton pied gauche, bien vers sa droite. Après cela, ramène tes quillons en hauteur sur ta gauche et en marche aussitôt sur le côté avec ton pied droit, également vers sa droite. Estoque ou frappe rapidement depuis ta gauche vers son visage ou son bras.

Le début de la pièce décris la manière d’écarter la lame adverse avec une entaille. On note d’ailleurs que le geste est très proche de la neutralisation. La différence en les deux est assez floue, mais la neutralisation semble impliquer un mouvement plus fort et plus ample.

La deuxième partie de la pièce montre comment se protéger d’un d’estoc bas en le dégageant avec la lame pendante. Comme d’habitude on retrouve le pas sur le côté caractéristique des parades chez Joachim Meyer. On remarquera aussi que le dernier coup n’est pas armé avec un moulinet du poignet : il est ramené vers l’épaule gauche, puis donné avec tout le bras.

Comment tu dois passer sous sa lame avec la tienne

Item. Retiens ceci lorsqu’il estoque d’en haut : envoie ta lame en passant sous la sienne et écarte la sienne avec une entaille depuis ta gauche vers ta droite, comme tu peux le voir avec le personnage en bas au milieu sur la gravure D, et estoque rapidement vers son visage.

Ou bien, après que tu sois passé sous son arme avec la tienne et que tu la lui aies écartée avec une entaille, laisse ta lame partir sur ton côté droit, et avant qu’il ne remonte, frappe puissamment vers son visage en faisant un pas vers son côté droit.

La troisième pièce revient simplement sur la manière de passer par-dessous la lame adverse pour la lui écarter. A la différence de la pièce située dans la partie sur les parades, celle-ci propose deux conclusions offensives après avoir repoussé l’arme adverse.

Comment tu dois renvoyer loin de toi tous les coups et les estocs de ton adversaire, de chaque côté avec la croix, depuis la garde basse, puis contre attaquer

Lorsque que tu te trouves dans la garde basse à droite, alors renvoie loin de toi tous ses coups et ses estocs avec des coups défensifs, c’est-à-dire des coups furieux diagonaux, en passant par la ligne diagonale de chaque côté, avec force, dans la croix et à la manière d’une entaille, qu’ils soient haut ou bas, avec le corps dressé ou abaissé, en fonction de s’il dirige ses coups en haut ou en bas, jusqu’à ce que tu le fatigues et l’affaiblisses ou que tu puisses avoir l’opportunité d’effectuer une autre pièce.

Le côté vers lequel il dirige son coup en premier n’a pas d’importance. Lorsqu’il envoie son coup depuis sa gauche vers ta droite, alors tu dois passer dessous avec ta lame et également frapper contre celui-ci depuis ta gauche vers sa droite, comme tu l’as appris précédemment dans la partie qui parle de “passer par-dessous“. Mais s’il frappe depuis sa droite, alors frappe également depuis ta droite, avec l’arme levée, contre son arme.

La réponse standard à une frappe est de la renvoyer avec une frappe symétrique. Un coup de dessus depuis la droite est contré par coup de dessus depuis la droite et idem pour un coup de dessus depuis la gauche. Evidemment cela peut être plus compliqué en pratique surtout lorsque notre épée est loin sur le côté dans la garde basse à droite. Pour donner une bonne frappe défensive depuis cette posture, Joachim Meyer fait emploie le même mouvement que pour passer par-dessous la lame de l’adversaire. Non seulement cela permet de venir du bon côté si l’adversaire frappe depuis sa gauche, mais en plus le geste permet d’amorcer une bonne frappe pour renvoyer celle de l’adversaire.

Une autre pièce sur la manière dont tu dois dégager sa lame vers le haut, l’affaiblir avec un coup médian, puis avec un coup neutralisant et ensuite riposter précipitamment avec un estoc

Lorsque tu arrives dans la garde basse à droite, si tu rencontres l’adversaire dans la parade droite, alors dirige prestement ta lame avec la pointe, c’est-à-dire le bout pointu, vers le sol en passant sous la sienne, jusqu’à la moitié de la lame. En passant ainsi [dessous] , tourne le long tranchant vers le haut, de sorte que le plat extérieur et le dos de ta main se trouvent vers toi. Frappe ainsi vers le haut, contre sa lame, puis ramène aussitôt ton arme autour de ta tête et frappe le second coup fortement au travers de son visage avec un coup médian horizontal depuis ta droite. Ton arme file ainsi vers ta gauche, de nouveau autour de ta tête. Frappe ensuite le troisième rapidement de haut en bas, droit en travers de son visage. Avec ce coup tu dois faire un grand pas et bien abaisser ton haut du corps. En frappant vers le bas, tu dois également faire précéder ta lame par tes quillons avec les bras tendus vers le sol, ainsi tu pourras plus affaiblir sa lame et la forcer vers le bas. Dès que tu as complété ce coup, estoque droit devant toi, qu’il ait ramené son arme de sous la tienne ou non. En estoquant, tourne le long tranchant contre sa lame, ainsi tu le pareras.

Cette pièce revient sur une technique chère à Joachim Meyer : la neutralisation. Ici pour parvenir à affaiblir suffisamment l’adversaire et placer l’estoc final, il faut faire trois dégagements, l’un vers le haut, le seconde vers le côté, puis le troisième – qui est la neutralisation proprement dite – vers le bas. Ces trois coups sont enchaînés rapidement dans un seul mouvement continu. Pour réussir cela il faut faire attention à l’orientation du poignet dans le premier dégagement vers le haut : celle-ci doit permettre de facilement continuer avec le coup médian.

C’est une chose importante et que l’on observe souvent dans les enchaînements rapides de coups : le premier est donné de telle façon que lorsqu’il se termine, le poignet soit déjà dans l’axe pour le coup suivant.

Comment tu dois le dégager avec la lame pendante et riposter avec un estoc

Tu peux également utiliser la fin de la cinquième pièce de la garde basse à droite, avant celle-ci, contre la parade droite. Lève ainsi ton arme vers le haut, sur ton côté droit, depuis la garde basse à droite et en même temps marche avec ton pied gauche vers sa droite. Dégage aussitôt sa lame avec le plat intérieur, entre toi et lui, depuis ta gauche vers ta droite. Avec ce dégagement, ta lame pend vers le bas et ton pommeau se trouve en haut. Dès que le dégagement se produit, saute loin sur vers sa droite et estoque-le rapidement au visage avant qu’il ne se remette de ton dégagement.

Le dégagement avec la lame pendante est repris ici de façon identique à sa première description dans la partie sur les parades.

Comment tu dois changer d’un côté à l’autre avec des frappes

Retiens ceci lorsque tu arrives dans la garde basse à droite et que ton adversaire frappe ou estoque d’en haut vers toi. Frappe fortement avec le long tranchant, en diagonale de bas en haut, contre la lame qui arrive vers toi, et va bien jusqu’à ton épaule gauche, si fortement qu’avec ce geste ton arme file d’elle-même vers ta gauche, autour de ta tête. Ramène ensuite complètement tes quillons autour de ta tête et frappe également le second [coup] depuis ta droite, d’en haut en diagonale, au travers de son épaule gauche. Avec ces deux coups tu dois toujours faire de grands pas avec tes pieds et bien suivre le coup avec ton haut du corps, le plus loin que tu peux.

Après cela, lorsque tu arrives dans la garde basse à gauche avec le second coup et qu’il estoque encore vers toi, alors frappe fortement depuis cette garde basse de la même manière que depuis la précédente, d’en bas, contre sa droite et vers ta droite, contre sa lame qui vient vers toi, en diagonale et vers le haut. Ta lame file ainsi en haut sur ton côté droit. Ramène complètement ton arme autour de ta tête depuis ta droite et frappe également le second [coup] depuis ta gauche contre sa droite, mais d’en haut en diagonale au travers de son visage, avec le corps bien penché après [le coup]. Tu viens ainsi de nouveau avec ton arme sur la droite dans la garde basse.

Cette double pièce montre une parade-riposte issue du dégagement avec le faux tranchant. Celle-ci explique comment renvoyer une attaque avec un coup de bas, puis riposter dans le même mouvement avec un coup de dessus envoyé du même côté. Ce qui est important dans cette pièce, mais qui est un principe disséminé un peu partout dans le combat à l’épée seule, c’est de faire des frappes complètes. Le verbe durch-hauen est employé pour les quatre frappes : cela montre la volonté de l’auteur de nous faire faire des frappes qui passent d’un côté à l’autre, avec amplitude et force. Ces grand coups puissant reviennent très souvent et sont un marqueur du style de Joachim Meyer.

Comment tu dois changer à travers en l’estoquant

Lorsque l’adversaire te rencontre dans la porte de fer, alors aie l’air sérieux dans tes gestes et tes déplacements, comme si tu voulais l’estoquer en avant au visage. Mais pendant qu’avec tes gestes tu t’apprêtes à l’estoc et que tu estoques partiellement, note bien s’il se soucie de ton estoc et s’il veut aller à son encontre avec la parade. Aussitôt que tu es avisé de cela en estoquant, et pendant qu’il monte à l’encontre de ta pointe, dirige-la vers son bras droit en passant sous sa lame. Dès qu’il remarquera que tu estoques en passant par-dessous, alors il se précipitera en tournant ses quillons et il voudra te parer l’estoc.

Bien que tu agisses avec un comportement sérieux, tu ne dois pas être trop hâtif avec ton estoc. Ainsi lorsque tu es avisé de sa parade, laisse le devant de ta pointe légèrement plonger à côté de ses quillons et avec cela tu pourras passer par-dessous. Estoque-le aussitôt de l’intérieur vers son ventre. Après cela lève rapidement ton arme vers le haut, sur ta droite et frappe précipitamment avec un coup de la Croix au travers de son visage. Tu dois effectuer tous ces coups rapidement et soudainement. Pendant le changement à travers, tu dois également faire attention à ce qu’il n’estoque pas de façon incontrôlée, droit devant lui vers ton visage, au moment pour tu passes [sous son arme], car c’est le contre du changement à travers. Si tu es avisé de cela lorsque tu fais le changement à travers, alors tu dois rapidement monter jusqu’à ton visage avec tes quillons et le bras tendu pour écarter son estoc. Riposte aussitôt avec un estoc, car il n’aura pas la possibilité de se reprendre après ce mouvement précipité.

Cette pièce est suffisamment claire pour se passer de commentaires. En plus de traiter du changement à travers et de son contre, elle met en garde contre la précipitation dans le combat : on peut toujours être surpris par une réaction soudaine de l’adversaire.

Comment tu dois renvoyer sa lame avec un coup, puis riposter avec un estoc

Dans l’approche, note lorsque ton adversaire ramène à lui son arme pour faire un coup ou un estoc. Pendant qu’il fait cela, lève également ton arme vers le haut, en diagonale sur ton côté droit. Au moment où il dirige son arme [vers toi], que ce soit pour frapper ou pour estoquer, alors frappe également fort contre sa lame, en diagonale, de façon à ce que tu dégages puissamment sa lame sur le côté avec la tienne. Avant qu’il ne revienne avec son arme, estoque droit devant toi vers son visage.

Comment tu dois dégager ses coups et frapper en travers de son pied

Fais cela ainsi : dès qu’il frappe ou estoque vers toi, alors renvoie sa lame avec force loin de toi, comme tu viens de l’apprendre, de sorte qu’avec ce coup tu amènes ton arme sur ton côté gauche. Lorsque tu auras dégagé sa lame avec force, il va alors fortement revenir vers le haut avec son arme par peur de l’estoc. Pendant qu’il monte, frappe horizontalement depuis ta gauche en travers de sa jambe droite, avec le corps bien baissé après cela. Ne laisse pas ton arme aller trop loin après le coup pour que tu puisses faire un rapide et puissant coup défensif depuis ta droite vers sa gauche, en travers de son visage.

Ces deux pièces montrent deux cas de poursuites, l’une vers le corps, l’autre vers l’épée.

Dans la première partie, après le coup diagonal, la lame de l’adversaire se retrouve sur le côté et lui se trouve sans défense. On peut donc le poursuivre avec un estoc.

En faisant cela on oblige l’adversaire à se défendre et le seul moyen pour lui de faire cela est de battre notre épée. Au moment où celui-ci amorce sa parade on pourra alors frapper une autre cible sans inquiétude.

Une autre pièce sur la manière dont tu ramener les estocs et le combattre avec les suspensions depuis la garde basse à droite

Dans l’approche, dès que tu peux l’atteindre, estoque soudainement depuis la garde basse vers sa gauche. Ramène précipitamment ton arme depuis l’estoc vers la garde basse à droite. Pendant que tu rétractes, il ripostera aussitôt avec un estoc. En même temps que tu ramènes [ton arme] vers toi, tourne donc tes quillons vers le haut avec le bras tendu, jusque devant ton visage. Laisse cependant ta lame pendre en faisant cela. Tu dégages ainsi l’estoc qui vient vers toi de ta droite vers ta gauche avec la lame suspendue. Avec ce dégagement, saute bien vers son côté gauche et laisse également ta lame happer autour de ton côté gauche, jusque dans la garde haute à gauche. A partir de là, en sautant sur le côté, estoque rapidement et puissamment vers sa gauche et son visage.

Ou bien après que tu lui aies dégagé sa lame vers ta gauche avec ton arme pendante et le bras tendu vers le haut, alors ramène bien ton arme autour de ta tête et frappe depuis ta droite vers sa gauche, horizontalement au travers de son visage, de sorte que ton arme arrive sur ta gauche, dans la garde du milieu. Saute aussitôt sur son côté droit. Avec ce saut frappe fortement depuis ta gauche vers sa droite, en diagonale à travers son visage, de sorte que ta lame happe de nouveau autour de ton côté droit jusque dans la garde haute à droite du bœuf. Saute ensuite plus loin vers sa droite et estoque habilement vers son visage.

La série de pièces depuis la garde de côté se termine avec un retour sur les parades avec la lame suspendue. Comme dans la section sur les pièces depuis la garde haute à droite, l’idée est de provoquer une attaque de l’adversaire pour parer avec la lame suspendue et riposter d’une manière ou d’une autre dans un mouvement fluide.

Comme pour beaucoup d’autres pièces, celles issues de la garde basse à droite s’utilisent dans l’Après. La diversité des actions présentées ci-dessus montrent que cette posture est très versatile et permet de répondre de façons variées aux différentes attaques de l’adversaire. En maîtrisant ainsi plusieurs de ces pièces, l’adversaire pourra toujours être pris au dépourvu par une action à laquelle il ne s’attend pas.


L’épée seule de Joachim Meyer :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s